Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #childfree tag

292

25 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Sacha Guitry constatait que lorsqu'après avoir lu une page d'Idées Noires de Franquin on ferme les yeux, l'obscurité qui suit est encore de Franquin. Je fais chaque jour la même expérience quand je voyage au bout de la nuit au cours de ma sieste avec Céline. 

 

Au matin, le chagrin ne nous étrangle pas encore. 

 

Réflexion faite, je ne suis pas une femme sans enfant mais plutôt une femme libre de l'entrave de la maternité. 

Voir les commentaires

291

24 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

La mégère se sent légère, elle ouvre son nouveau dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, l'édition anniversaire, 60 ans, du Petit Robert. 

 

Dans la vitrine de l'atelier-galerie de peinture, une toile blanche et un petit écriteau : « La toile que le maître n'a jamais peinte (hors de prix) »

 

Ce que j'attends de vous c'est ce que vous êtes sur le point de découvrir.

Voir les commentaires

290

22 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Dès 7h00, des machines grincent au loin dans l'air pluvieux, l'homme oublie qu'il fut cette nuit encore l'auteur imaginatif de ses rêves : il se ressouvient au matin qu'il est un ingénieux mécanicien. 

 

Paroles d'Indignés : « Si vous ne nous laissez pas rêver, nous vous empêcherons de dormir ! »

Paroles d'Embourgeoisés qui se séquestrent volontairement à l'intérieur de résidences sécurisées : « Tant que vous ne venez pas brailler vos slogans sous nos fenêtres à triple vitrage, faites-la votre révolution ! »

 

La mégère a fait les poussières de son enfer domestique. 

Voir les commentaires

289

20 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

« À mesure qu'on reste dans un endroit, les choses et les gens se débraillent, pourrissent et se mettent à puer tout exprès pour vous. » Céline a raison. Alors que faut-il  faire ? Être toujours en train de fuir ?

 

Injonction de la reproduction : croissez et multipliez-vous. 

Injonction de la réflexion : décroissez et dispersez-vous.

 

La psychonévrosée allergique a mangé des profiteroles au chocolat, fourrées de glace à la vanille et nappées d'une sauce au chocolat chaude : ses seins sont couverts de plaques rouges. La gourmandise est un vice voyant. 

Voir les commentaires

288

19 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Le poète veut faire sa valise mais il n'en possède pas. 

 

Marie se réjouit de n'être pas atteinte du syndrome du saumon dont l'instinct le pousse à remonter les cours d'eau pour frayer dans le seul but de se reproduire avant de mourir d'épuisement. 

 

Marie lit des articles qui traitent du sujet de la procréation médicale assistée et elle ressent de la compassion pour ces femmes, souffrant du syndrome du saumon, qui endurent stoïquement des traitements longs, coûteux et douloureux pour transmettre leurs gènes. Marie s'estime heureuse d'échapper à cet instinct dont elle a honte, avoue-t-elle. 

Voir les commentaires

287

18 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Meuglements au loin... Dans la zone d'exclusion des vingt kilomètres autour de la centrale nucléaire de Fukushima, un élevage de vaches à l'agonie et à l'abandon. L'éleveur est inconsolable. 

 

Expérience inédite avec l'IRM. Que les chercheurs montrent aux amateurs d'Apple un iPhone ou aux croyants des images pieuses, les mêmes zones de leur cerveau seront excitées. Dieu est tactile. 

 

Marie se donne de la peine pour ne rien admettre à propos de tout. 

Voir les commentaires

286

17 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Comme si je vous avais déjà signalé que tout n'est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

 

Les gens bavardent ensemble ; les enfants pleurent ; les goélands raillent ; les pies jacassent ; je réclame un peu de silence pour ressentir ma gêne. 

 

Les obsessions s'en vont je demeure. Les obsessions reviennent je demeure. 

Voir les commentaires

285

16 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

« C'est peut-être ça qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir. » Céline détaille l'homme quand il ne cache plus son noir désarroi. 

 

Marie détaille, quant à elle, ses peurs imaginaires. 

 

Imprévisible nature qui me priva cette nuit du spectacle à ne pas manquer de l'éclipse totale de notre satellite qui, en passant dans l'ombre de la Terre, prit une teinte cuivrée plus ou moins rouge, caractéristique des crépuscules terrestres. Hélas, je n'entraperçus ce phénomène remarquable — qui est dû à la réfraction de la lumière provenant de l'atmosphère terrestre, qui éclaire la surface lunaire — qu'à travers de sombres nuages. 

Voir les commentaires

284

14 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Ne vois-tu pas comment je me tords dans une extrême convulsion de peur, au sein d'un monde qui ne me paraîtra jamais familier, où je tente désespérément de me redresser avec dignité sans jamais y parvenir ?

 

Devant le tribunal correctionnel le procureur apostrophe le prévenu (qui sera condamné pour avoir chanté Hécatombe de Brassens depuis sa fenêtre) : « Interpréter cette chanson devant un miroir, pourquoi pas... Devant les policiers, c'est un outrage ».

 

Nous ne sommes pourtant que des humains mais combien sommes-nous dissemblables !

Voir les commentaires

283

13 Juin 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Céline ou l'art d'enlaidir les choses. 

 

À force de toujours s'identifier sur Internet lors des navigations sur les sites auxquels on désire accéderon répète inlassablement, en tapant sur son clavier, ses identifiants, ses mots de passe, ses codes. On fournit en permanence la preuve de sa présence virtuelle sur la Toile. On laisse la trace de son passage comme un Petit Poucet numérique au Pays de Big Brother. 

 

Certains jours limpides, il est un décor plus triste que la mer qui s'étale à l'infini : le ciel qui voudrait lui ressembler. 

Voir les commentaires