Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #childfree tag

732

24 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Il y a le silence nécessaire pour la concentration

la lenteur pour l'exécution

l'ampleur du renoncement...

 

Il y a toi quand tu me regardes 

toi le témoin impatient 

toi l'amoureux langoureux

tes mains qui trouvent...

 

Il y a l'action sans résultats

l'agitation d'être soi

l'équilibre introuvable

la crainte de se découvrir. 

Voir les commentaires

731

23 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Une existence comme une succession d'obsessions vitales. 

 

Les pensées exécutent leur chorégraphie macabre au sein de l'esprit soumis au diktat du doute. 

 

Seul le chant des oiseaux rompt la mélodie funeste du malheur. 

Voir les commentaires

730

22 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Marie se lève très tôt en ayant l'impression d'être en partance pour l'inconnu, elle ouvre les fenêtres et contre son visage frais la réalité tiède fouette, déjà. 

 

Dès l'aurore, Marie affronte la vérité dévoilée : son ennui. 

 

Le jour se lèvera encore sans éclaircir l'énigme de sa présence humaine. 

Voir les commentaires

729

21 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

J'envie chaque personne qui rend son dernier souffle. Son immobilité m'inspire le repos de l'esprit. Est-ce pour cette raison que je passe autant de temps à errer à l'intérieur, paisible, des cimetières ? 

 

Cette volonté d'approcher les disparus, mon voisinage familier, dirige mes pas dans les allées ombragées des cimetières. Je recherche une compagnie apaisante, celle du souvenir. 

 

Le lieu du repos éternel des macchabées est mon havre de paix. 

Voir les commentaires

728

20 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

La mer déchaînée comme panorama de mon présent douloureux. 

 

Les assauts du vent furieux contre mon désespoir. 

 

L'air poisseux entrant dans la maison pour coller mes certitudes. 

Voir les commentaires

727

19 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Et pendant ce temps, je ne manque de rien. Mon ventre rond est plein. Je suis repue. Je n'ai plus d'appétit pour rien. 

 

Pas étonnant que nous attendions des miracles des nouvelles technologies puisque les fabricants nous en font accroire en nous mystifiant quant au progrès qui résout tout. 

 

N'est-ce pas notre être qui se résout en ce qu'ils veulent ces fabricants d'éphémère ? 

Voir les commentaires

726

18 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

C'est en s'angoissant qu'on devient angoissée. 

 

Le photographe écrit son nom avec la lumière. 

 

Les astronomes poursuivent leur quête effrénée d'exoplanètes habitables qui accueilleraient cette peste qu'est l'humanité. 

Voir les commentaires

725

17 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Quelle est la configuration requise pour installer en moi-même une plus grande confiance ? 

 

Comment ne pas céder à la panique devant l'inépuisable flux d'informations qui inonde mes neurones asphyxiés ? 

 

Où prendre l'air afin de régénérer mon esprit totalement vicié ? 

Voir les commentaires

724

16 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Parfois, les démons qui vivent en nous ont trop d'appétit et dévorent notre lucidité à tel point que notre présence au monde n'est plus évidente. 

 

Nous remettons alors en cause notre appartenance au genre humain et nous découvrons une parenté entre les oiseaux et nous-mêmes. Nous nous sentons ainsi plus légers. 

 

Nous disparaissons enfin dans les nuées sans remords. 

Voir les commentaires

723

15 Octobre 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Vivement un peu de fraîcheur automnale, ou mieux, de froidure hivernale, que je ne croise plus mes nombreux voisins en slip de bain, ou encore nus, pour certains qui fréquentent les plages naturistes de la station balnéaire.

 

Ici en effet, on règle les affaires courantes en slip de bain ou à poil. On se côtoie sans pudeur. 

 

Mais parfois, un désir de pudeur m'envahit et je voudrais ne plus voir la réalité, crue, des corps humains. 

 

 

Voir les commentaires