Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Clément Bénech et son époque

1 Septembre 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Le peu lui semblait audacieux. En effet, il appréciait les lyriques, qui ouvraient la voilure, qui prenaient le risque de se frotter à l'art plutôt qu'à son histoire. Or il lui fallait souvent reconnaître que ceux-là étaient plutôt de la veine des minutieux, des minuscules, des infinitésimaux. Ne cherchaient pas le nouveau à tout prix, mais avaient pris acte de ce que toutes les barrières étaient tombées. La plupart des artistes en effet amusaient bien la galerie avec une subversion qui n'avait plus beaucoup de sens dans une époque sans canon, ils vivaient d'une transgression conventionnelle, dans le cadre de ce que l'on pourrait appeler un déni de liberté ; Dragan ne goûtait pas tellement ces artistes pour qui l'art était un instrument qui n'était bon qu'à faire tomber ses propres barrières. Le touchaient particulièrement ceux qui exprimaient dans leurs œuvres un rapport un peu empêché au monde réel, une incapacité de coïncider avec lui, d'aller au-devant de lui. Il se retrouvait plutôt bien dans de telles œuvres, sans qu'il voulût vraiment savoir pourquoi.

Clément Bénech — Un amour d'espion — Flammarion

Marie apprécie vivement le minutieux travail que l'écrivain exerce sur le langage. 

Cette attention portée à l'art d'écrire qui caractérise la littérature de Clément Bénech. 

Un enchantement éclairant et vivant. 

 

Voir les commentaires

Marche

31 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Marie ira marcher pour exercer son esprit au rythme de la joie. 

Ainsi soit-elle. 

Délivrée. 

Voir les commentaires

Visiteurs

30 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Marie apprécie les visiteurs de la galerie qu'elle ouvre au public. Leur curiosité est enrichissante et parfois éclairante. 

Mais pourquoi Diable finissent-ils toujours par s'épancher en confidences. 

Serait-ce la présence des créatures peintes et ogéennes qui les pousseraient inconsciemment à cela ? 

Voir les commentaires

Purpura de Bateman

29 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Marie fait une vilaine découverte sur la peau de ses avant-bras. 

Elle assiste impuissante à son propre enlaidissement. 

Vision soudaine et effroyable du cadavre à venir.  

Voir les commentaires

Eric Chevillard, buveur d'azur

28 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Nous échangeons un salut cordial avec le promeneur inconnu croisé sur un sentier de montagne. Partout ailleurs, nous n’aurions l’un pour l’autre aucune sorte de considération. Est-ce l’exiguïté du chemin qui nous rend si aimables, parce qu’il est en effet impossible de se croiser comme si de rien n’était ? Je crois plutôt que la majesté du paysage alpestre alentour nous inspire ces bonnes manières. Il s’agit d’être à la hauteur.

Mais surtout, il nous plaît d’appartenir à la communauté des montagnards buveurs d’azur, dédaigneux des mesquineries de conduite et de pensée de ceux d’en bas.

Puis il faut redescendre.

L'Autofictif en vie sous les décombres — billet du 26 août 2013, page 219 — Éditions de L'Arbre Vengeur

L’usage veut que tu échanges un cordial bonjour avec le randonneur que tu croises sur le sentier de montagne tandis qu’il rejoint l’indifférence de la foule et que tu gagnes la solitude du sommet.

L'Autofictif — billet du 28 août 2017

Ainsi Marie se considère-t-elle aussi comme étant une buveuse d'azur à siroter sans cesse ni lassitude la prose poétique chevillardesque. 

Sur les cimes de son propre désespoir il y a l'espoir de l'écrivain qui ne pense qu'à gravir des sommets d'imagination quand elle ne désire qu'explorer ses peines. 

Puis il faut redescendre seule et laisser l'écrivain sur les hauteurs. 

Voir les commentaires

Solitaire

27 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Mathieu est aussi seul que moi. Seul et solitaire. Si je n'éprouve nul désir, nul besoin de me confier à qui que ce soit, si je ne sais quel élan serait digne d'échange, c'est que je connais trop bien la paroi cristalline derrière laquelle les amis gesticulent, je connais trop bien les dialogues de sourds. Les rares fois où j'ai tenté la communication, j'ai cru remarquer qu'on me considérait avec méfiance, peut-être même avec répulsion. Personne n'a trouvé les mots qu'il fallait et moi moins que tout autre car, vulnérable, je crains de fournir quelques terribles armes.

Gabrielle Wittkop — Le puritain passionné — Éditions Verticales

Marie s'extasie devant sa page de lecture qu'elle relit sans cesse. 

Gabrielle trouve les mots qu'il fallait pour consoler sa peine. 

Ensemble, la joie demeure. 

Voir les commentaires

Solitude

26 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Marie se souvient parfois qu'elle souffre de solitude puis oublie ce désagrément rapidement. 

Le silence lui va si bien. 

Irrésistible. 

Voir les commentaires

Imagination

25 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Ceux qui connaissaient mal Denis pourraient admirer qu'il sût si bien se peindre en si peu de mots. Le portrait est certes véridique mais incomplet. Cet homme qui se croyait libre de toutes les sensualités sacrifiait constamment à la pire d'entre elles, celle de l'imagination. Il avait délibérément choisi sa solitude afin que la compagnie d'autrui ne l'empêchât point d'explorer tout à son aise les labyrinthes de sa Ville Interdite. Ces incursions n'étaient pas sans narcissisme et sous le prétexte d'une impitoyable sincérité, il passait sa vie à scruter le miroir. Il va sans dire que les brumes de son propre souffle lui masquaient bien des choses et que de celles qu'il percevait, il ne voyait que l'image inversée.

Gabrielle Wittkop — Le puritain passionné — Éditions Verticales

Marie n'en peut plus de joie à la lecture des phrases wittkopiennes qui viennent cimenter les ruines de ce monde improbable dans lequel elle n'a décidément pas sa place, Marie. 

Voir les commentaires

Consolation

24 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Pile d'archives du Monde des Livres

Pile d'archives du Monde des Livres

Tu cesses de pleurer aujourd'hui car tu apprends officiellement que Claro reprendra le flambeau du feuilleton du Monde des Livres à Eric Chevillard. 

Tu vivras et tu liras — consolée. 

Ta pile d'archives restera vivante. 

Voir les commentaires

Fratrie

23 Août 2017 , Rédigé par Estelle Ogier

Le frère, ce témoin gênant. 

La sœur aussi pour le frère, cette bavarde. 

Une histoire commune embarrassante. 

Voir les commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>