Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

63

22 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Depuis Jacques Prévert et sa Chanson dans le sang, savons-nous enfin où s'en va-t-il tout ce sang répandu [...] Elle tourne la terre [...] elle tourne avec ses grandes flaques de sang et toutes les choses vivantes tournent avec elle et saignent... Chaque matin, à l'abri dans ma maison childfree, j'entends les cris d'épouvante des hommes qui subissent leur destin terrestre avec un courage inimaginable. Pour ma part, ai-je d'autre choix que de refuser la gestation pour moi-même. Mon ventre infertile est un hommage à tous ceux qui saignent encore et toujours. 

 

La publicité : un thermomètre introduit dans le fondement de la société. 

 

à notre passage

quel dommage ses maisons

qui aboient si fort !

Voir les commentaires

62

21 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Il se sent mal dans sa peau qui serre le squelette dont les pièces osseuses frottent. Une seconde peau plus ample lui siérait bien. Quelque chose comme une nouvelle peau d'homme que les événements ne déchireraient pas. Une membrane qui résisterait à la morsure du présent qui dure sans fin. 

 

garde ta douleur

intacte qui n'est qu'à toi

car j'en bave moi !

 

N'être accouchée d'un enfant que pour le voir plus tard sur une balançoire s'égosiller. 

 


Voir les commentaires

61

20 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Un enfant ça parle tout le temps en se frottant les yeux surtout s'il y a grand vent. 

 

Je marche sur la plage infinie, le vent frais de la terre masse mes pensées et repousse les vagues de la mer grise qui tentent de s'échouer sur le sable où s'estompent mes pas. 

 

le naturiste au 

mois d'octobre a un coup de

blues le pauvre vieux !

Voir les commentaires

60

19 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Eprouver une impression indéfinissable d'être soi sous une étoffe de soie. 

 

Mon chérubin à ne pas naître : je devrais t'apprendre la vie à force de répétitions... si je te mettais au monde... ton existence se résumerait à des leçons de choses. Mon petit singe savant, tes pitreries malicieuses me manquent parfois - sensation fugace. 

 

Je ne m'annoncerai jamais la bonne nouvelle de ta venue sur terre, je ne ferai pas de toi un être humain. Si tu voyais de quelle manière ils gâchent leurs jours et leurs nuits ; tu me remercierais de t'épargner ce trop long voyage qu'est la vie. 

Voir les commentaires

59

18 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Nous, comédiens de l'humanité, habitants des parcs d'attractions que sont nos stations balnéaires, nous revêtons chaque matin nos déguisements de pantins, nous vaquons à nos occupations avec nos gestes répétitifs qui nous banalisent. Nous sommes des automates exposés derrière nos fenêtres, des marionnettes aux figures grotesques mises en vitrine que regardent vaguement les passagers du petit train kitsch, blanc ou rouge, qui circule sans arrêt dans nos manèges désenchantés. 

 

Laissez-moi vous donner un conseil utile : ne vous engagez jamais à étancher la soif d'un individu qui souffre de potomanie, vous seriez terriblement déçus, croyez-moi !

 

L'ufologie est une science, celle des cauchemars. 

 


Voir les commentaires

58

17 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Je pénètre à tâtons dans les arcanes de l'informatique ; j'intègre progressivement tout ce qui constitue mon existence ; j'observe avec attention l'être dont je partage la vie ; je m'efforce de garder en mémoire ce que je lis mais je ne retrouve pas toujours le souvenir de ce que j'ai cru comprendre ; ma mémoire est imprécise et elle laisse tout échapper ; et toi, mon enfant impossible, je devrais te connaître comme si je t'avais fait... !

 

Aïe, ma tête ! La vie est coupante comme un angle de fenêtre.

 

Mon état d'âme du jour : je suis mon propre adversaire que je désire mettre hors d'état de nuire. 

Voir les commentaires

57

16 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Il remercie ses lecteurs de la première heure qui attendent sa dernière heure pour se réjouir de l'avoir connu sitôt ses débuts. 

 

J'ai presque tout et pourtant je me sens presque rien. 

 

Oui, les plus gros chagrins que nous avons éprouvés proviennent de l'enfance où tout était croyable, où nous vivions dans le fol espoir du changement. Nous laissions s'écrouler notre monde pour en recréer un nouveau tout aussitôt. Nous ne rendions pas les choses prisonnières. Nous acceptions le balancement entre le désordre de la peine et l'ordre de la joie. À l'âge adulte, les chagrins célestes de l'enfance se sont transformés en chagrins domestiques. La vie privée nous privant de notre liberté en nous enfermant dans une sphère d'acier. 

Voir les commentaires

56

15 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

« Mais non je ne souffre pas de trouble obsessionnel-compulsif » répète Adèle pour la sixième fois, en frottant la vaisselle avec six éponges dissemblables, puis en utilisant six torchons distincts pour la sécher, puis en disposant symétriquement six verres dans le placard, après en pliant son tablier en six avant de le ranger, ensuite en versant en six coups dans la tasse l'eau frémissante du thé parfumé en marmonnant six prières spéciales. Enfin en ajoutant : « Six sucres ? »

 

Je m'amuse à rédiger cette historiette en plaignant la pauvre Adèle ; je ne jette pas mon brouillon - dont je pourrais avoir besoin - que j'ai recopié neuf fois et qui comporte neuf ratures. 

 

Ah ! Je suis bien l'auteur dramatique de mes jours !

Voir les commentaires

55

14 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Se survivre dans ses enfants et prendre le risque de durer... Quelle idée saugrenue !

 

Juché sur les épaules de son père, le petit blondinet s'envisage comme la réponse attendue aux questions qu'il ne se pose pas encore et qui se formuleront dès que son père le reposera à terre. 

 

Je libelle un chèque en règlement d'une contravention avec un stylo à encre puante. 

Voir les commentaires

54

13 Octobre 2010 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Pays double où peuvent vivre 

Des lièvres et des pumas

Triste et beau comme le cuivre

Au désert d'Atacama

[...]

Avec tes forêts de hêtres

Tes myrtes méridionaux

Ô mon pays de salpêtre 

D'arsenic et de guano

Aragon, Complainte de Pablo Neruda

 

J'ai consacré le premier article du jour à la poésie pour rendre hommage aux 33 mineurs chiliens qui sortent en remontant avec une nacelle individuelle de sauvetage du piège souterrain de la mine où ils étaient captifs à 622 m pendant 68 jours. 

 

Désormais, rendus à la liberté et à l'affection de leurs proches, réintégrant le monde extérieur, redevenant maîtres de leur sort, ils garderont souvenance du parfum entêtant de la sueur des hommes solidaires qui parfois se mêlait à l'odeur de la mort. 

Voir les commentaires