Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

534

23 Mars 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

On n'est jamais assez attentif. On me fait judicieusement remarquer que toutes les chroniques d'Éric Chevillard publiées sur ventscontraires.net comportent le mot « douceur ». On me dit d'en profiter. Je m'exécute en relisant les textes du chroniqueur. Je constate en effet que l'écrivain souligne la douceur nouvelle des choses à la fin de chaque court récit composant sa rubrique « De qui se moque-t-on ? ».

 

On n'est jamais trop prudent. Comment éprouverai-je la douceur nouvelle des choses si je n'ôte pas, si je ne plafonne pas, si je ne suspends pas, si je ne dégonde pas, si je n'ampute pas, si je ne chauffe pas, si je ne volatilise pas, si je ne jette pas, si je ne me vide pas ?

 

Décidément, on n'est jamais assez vivant. 

Partager cet article