Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Solitude

10 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Tchekhov disait, peu de temps avant sa mort, qu'il ne serait guère plus seul quand il serait couché dans son cercueil qu'il ne l'avait été durant sa vie.

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie demandera à être incinérée pour rompre sa propre solitude. 

Voir les commentaires

Choix planétaire

9 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

« Sous l’impact du réchauffement climatique et de la surpêche, les méduses se développent de manière explosive », explique David Grémillet, chercheur au CNRS

Le poisson-lune prolifère sur les côtes françaises

La Méditerranée menace de se transformer en "mer de plastique", met en garde, vendredi 8 juin, le WWF, qui propose une série de mesures pour la sauver des déchets plastiques, qui l’asphyxient comme aucune autre mer.

Le plastique asphyxie la Méditerranée comme aucune autre mer au monde

Entre « gélification » et « plastification »: le cœur de la planète balance. 

 

Voir les commentaires

Liberté inhumaine

8 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Au fond, comme Solange, je n'aimais que l'ombre, la clandestinité, la liberté inhumaine que procure cet état intermédiaire entre la mort et la vie, cet espace vide, indéfini, appelé par certains les limbes, et où je me suis toujours plu à voir le prolongement miraculeux de l'enfance.

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie n'aurait jamais quitté cet état d'enfance. 

Voir les commentaires

Le printemps des monstres

7 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

[...] mon dieu quelle horreur, des phrases sans la moindre signification naissaient en moi, elles s'entortillaient autour de mes organes vitaux, elles m'étouffaient, elles claquaient du bec, tout s'effondrait, c'était le printemps des monstres [...]

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie regrette déjà l'été qui approche. 

Voir les commentaires

Masque

6 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Que les morts aient un masque d'orties.

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie ressent une irritation au niveau du visage. 

Voir les commentaires

Mascarade

5 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Que l'ombre d'un ange, un jour, s'approche de toi, alors que tu fais consciencieusement ton travail de pute, les pattes écartées, comme toutes les salopes de cette planète pourrie, les mères, les sœurs, les fiancées, baisées, bourrées, enfilées, défoncées, démolies, haletantes, toujours à essayer de prolonger en jouissant le cauchemar de la vie, comme si ça ne suffisait pas comme ça, déjà, mais non, encore, encore, haletantes, trempées, tournées, retournées, malaxées, concassées, habillées, déshabillées, en hiver, en été, toujours dans des chambres étouffantes, gigotant, sautant, hurlant, bavant, oh oui que l'ombre d'un ange, par n'importe quel temps, s'approche, dans le silence absolu, et décrète la fin de cette mascarade.

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie aimerait souvent que cette mascarade prenne fin. 

Faire silence enfin. 

Voir les commentaires

Café

4 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Le café, quand on n'a plus nulle part où aller, c'est encore ce qu'il y a de mieux : c'est le refuge des paumés, des solitaires, le paradis des ratés, l'antichambre de la morgue.

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Goéland leucophée (Larus michahellis) — (photographie Estelle Ogier)

Goéland leucophée (Larus michahellis) — (photographie Estelle Ogier)

Marie fréquente les cafés plutôt que les bibliothèques ou les médiathèques car elle vit au sein d'une station balnéaire. 

Il y a la plage aussi mais les goélands l'attaquent pour protéger leurs grisards. 

Voir les commentaires

Supercherie

3 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Nos rapports étaient fuyants, visqueux. Une énorme supercherie. Quand je mourrais, je me souviendrais de la vie comme d'une méduse d'une taille monstrueuse que l'on effleure avec dégoût, parce qu'il faut bien, et moi aussi je me sentais comme ça, fuyant, visqueux, comme les autres, pas épargné par le désastre universel, oh non, mais flasque, si flasque, avec ma peau flasque, mes paroles flasques, mes histoires vaseuses, la flaccidité de mes pensées, et le dégoût de moi-même, au fond, tout au fond, ces flatulences qui jamais ne parvenaient à l'air libre et m'asphyxiaient lentement. Je me sentais gluant et sombre, comme si le monde dans lequel on m'avait plongé de force, à ma naissance, avait fini par devenir ma propre substance, à force. La maladie de vivre, je l'avais attrapée moi aussi, pardi, et maintenant je savais bien qu'il n'y avait plus qu'un seul moyen de guérir, en évitant pour toujours tout espoir de rechute. Il m'aurait fallu la prodigieuse intelligence de Solange pour triompher de mamame, hélas je n'avais que ma toute petite cervelle à ma disposition, et les années d'humiliation que j'avais subies m'avaient enlevé toute combativité, j'étais bien obligé de le reconnaître.

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie souffre de la même maladie. 

Voir les commentaires

Souffrance

2 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

La souffrance c'est pas beau à voir. On plonge dans des profondeurs vertes et quand on remonte on est tellement mort que plus personne vous reconnaît.

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie regarde le reflet de son visage dans la glace et elle voit une enfant sans mère. 

Voir les commentaires

Enchantement

1 Juin 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Ce qui enchante les autres me désenchante, me disait-elle (en clignant des yeux comme si elle se promenait sur une plage battue par le vent, au début du mois de juin, et fixait le soleil).

Jérôme — Jean-Pierre Martinet — Finitude

Marie est enchantée. 

Voir les commentaires
<< < 1 2 3