Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Espoir

30 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Parfois je sonnais à une porte ; le son se répercutait à travers les pièces vides et le silence succédait au vacarme. Je me disais désespéré, je continuais cependant d'espérer ; et la déception renouvelée accompagnait le cycle des heures, replongeant sa lame froide et acérée dans une plaie qui déjà suintait.

Le denier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie se dit désespérée aussi. 

Voir les commentaires

Apparence humaine

29 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

[...] sous les feux du midi ou sous la clarté de l'astre nocturne, j'étais le seul être à apparence humaine, et le seul à pouvoir énoncer ma pensée ; et lorsque je dormais, le monde cessait d'exister.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie imagine cette absence quand elle dort. 

Voir les commentaires

Le monde des morts

28 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Ce matin-là, je m'éveillai pour la première fois dans le monde des morts ; je m'éveillai, j'étais seul, et le chant lugubre de la mer me parvenait en dépit du martèlement de la pluie, me rappelant que je n'étais plus qu'une épave abandonnée.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie aimerait connaître cette sensation d'abandon. 

Voir les commentaires

Le dernier homme

27 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

La journée s'écoula ainsi ; chaque moment renfermait une éternité, et pourtant chaque heure qui s'écoulait m'étonnait de la course rapide du temps. Mais je n'avais pas encore bu le calice jusqu'à la lie ; je n'étais toujours pas convaincu d'avoir tout perdu. Je n'avais pas encore senti, dans chaque battement de mon cœur, dans chacun de mes nerfs, dans chacune de mes pensées, que désormais je restais seul de ma race — que j'étais le DERNIER HOMME.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie est envieuse. 

Voir les commentaires

Adieu

26 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

L'air et les eaux étaient tranquilles et parfumés, et nos esprits s'immergeaient dans la quiétude. Comparée à la pureté des profondeurs, la terre sépulcrale n'était qu'un vaste tombeau ; ses roches élevées et ses nobles montagnes n'étaient que pierres tombales, ses arbres aigrettes d'un corbillard, ses ruisseaux et ses rivières réceptacles des larmes versées pour les défunts. Adieu, villes désolées, champs sauvages où les herbes folles se mêlent aux blés ; adieu, reliques sans cesse multipliées de notre espèce disparue. Océan, nous nous en remettons à toi, nous confions notre sort à ton flux perpétuel, sauve-nous comme fut sauvé le patriarche d'antan qui flotta lui aussi sur un monde englouti.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie reprendra bientôt le chemin basaltique qui mène au bain de mer. 

Voir les commentaires

Animaux

25 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Dans les villes silencieuses, nous visitions les églises, ornées de tableaux, véritables chefs-d'œuvre, ou les musées de sculptures — attirés par ce climat accueillant, les animaux heureux de leur récente liberté déambulaient dans les palais luxueux et ne craignaient guère les hommes, qu'ils avaient déjà oubliés.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie n'oublie rien parce qu'ils sont encore là. 

Voir les commentaires

Semblables

24 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Nous étions semblables aux sillons de blé lorsqu'ils ont échappé à la moisson et que seuls dans les vastes champs ils seront couchés au sol par la tempête de l'hiver. Semblables à des hirondelles qui s'attardent tandis que leurs compagnes, au premier souffle froid de l'automne, ont émigré vers des climats plus cléments, et qui sont foudroyés par les premières gelées de novembre. Semblables au mouton égaré rôdant sur le flanc d'un coteau battu par la neige, alors que le troupeau a regagné l'étable, et qui mourra avant l'aube. Semblables au nuage perdu dans la trame épaisse du ciel et qui, lorsque le berger du Nord a emmené ses compagnons « boire le midi aux antipodes », s'estompe et se dissout dans l'éther. Nous étions ainsi.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie se reconnaît dans ces semblables-là. 

Voir les commentaires

Création

23 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

À l'heure accoutumée des vêpres, elle l'avait conduit à la chapelle, et, bien que tremblante et éplorée, elle avait joué en mesure et sans fausse note l'hymne écrit pour célébrer la création de la terre, dans laquelle elle reposerait bientôt.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie y reposera aussi un jour. 

Voir les commentaires

Pages

22 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Adrian était appuyé contre un arbre ; il avait un livre à la main, mais son regard ne suivait pas les lignes et cherchait le mien ; ses pensées avaient quitté les caractères inanimés pour examiner autour de lui des pages plus lourdes de signification et plus absorbantes.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie se laisse trop souvent absorbée par ces pages plus lourdes que sont la réalité ; elle s'abîme dans la recherche d'un sens à ce monde insensé. 

Voir les commentaires

Spectre Noir

21 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Il nous avait donc accompagnés sous l'apparence spectrale que j'ai décrite, jusqu'à ce que la pestilence l'introduise dans une assemblée encore plus nombreuse que la nôtre : celle de l'Humanité Défunte.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie l'aperçoit parfois ce Spectre Noir... 

Voir les commentaires
1 2 3 > >>