Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout passe et tout change

21 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Nous qualifions de fixes les lumières célestes, pourtant elles parcourent cette immense plaine, et si je regarde maintenant ce secteur que mon œil observait il y a une heure, je constaterai que la face des cieux éternels s'est modifiée. La lune stupide et les planètes inconstantes varient chaque nuit leur danse erratique. Le soleil lui-même, souverain du ciel, déserte de temps à autre son trône et livre son royaume à la nuit et à l'hiver. La nature vieillit et ses membres mortels tremblent — la création court à sa ruine !

Mary Shelley — Le dernier homme — Gallimard

Sache bien cela Marie ! 

Voir les commentaires

Furies

20 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Elle s'efforçait de ne pas penser, alors qu'une multitude d'idées l'assaillaient — des idées horribles comme des furies, cruelles comme des vipères, qui l'attaquaient en succession rapide, se heurtant et s'entrechoquant jusqu'à la rendre folle.

Mary Shelley — Le dernier homme — Gallimard

Ainsi pense Marie. 

Voir les commentaires

Chagrin

19 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Cette déception lui causait un vif chagrin. Elle voulait prendre cela comme un mauvais rêve qu'elle essayait de chasser de sa conscience ; mais comme la tunique de Nessus, il lui collait à la peau, et rongeait sa chair en lui infligeant d'atroces souffrances.

Mary Shelley — Le dernier homme — Gallimard

Marie cherche à se débarrasser de sa tunique de Nessus qu'est sa maladie de peau. 

Voir les commentaires

Terre d'exil

18 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

De l'écriture, Breughel donne une belle définition : « cette terre d'exil où on résiste et où on rêve ». Où l'on rêve qu'on résiste, où l'on résiste en rêvant, comme le fait Antoine Volodine depuis plus de trente ans avec une admirable non moins que redoutable efficacité.

Antoine Volodine — Macau — Préface inédite d'Éric Chevillard — Signatures Points (extrait de la préface d'Éric Chevillard)

Marie vit en exil. 

Voir les commentaires

Résolu

17 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Être dans le doute,
C'est être résolu.

Mary Shelley — Le dernier homme — Gallimard (extrait d'Othello de William Shakespeare)

Marie est traversée de mille soupçons et certitudes. 

Voir les commentaires

Religion

16 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

On a dit que la peur était la mère de la religion — elle serait même à l'origine de ces cultes qui enjoignent à leurs disciples de sacrifier des victimes humaines sur leurs autels ; mais la religion qui naît du bonheur est de bien meilleure qualité. Cette religion-là enseigne une gratitude fervente, amène l'âme à exalter l'auteur de nos jours, nourrit l'imagination et la poésie, accorde une intelligence providentielle au mécanisme visible de l'univers, et fait de la terre un temple ayant les cieux pour voûte. Un tel bonheur, une telle bonté, une telle religion habitaient l'esprit de Perdita.

Mary Shelley — Le dernier homme — Gallimard

Marie se demande par quoi est habité son esprit ? 

Voir les commentaires

Adresse au lecteur

15 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Ô lecteur !

Mary Shelley — Le dernier homme — Gallimard

Marie se sent concernée. 

Voir les commentaires

Confidences

14 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Nous nous installâmes comme une famille autour de l'âtre. Nous évitâmes de parler des émotions qui à l'évidence nous absorbaient tous les trois, mais chacun de nous devinait les pensées de l'autre, et tandis que nous traitions de sujets indifférents, nos yeux se confiaient en un langage secret les mille confidences que nos langues n'auraient pu formuler.

Mary Shelley — Le denier homme — Gallimard

Les mots de Mary Shelley la font tomber en pâmoison Marie.  

Voir les commentaires

Flot des passions

13 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Le flot des passions est un océan qui prend sa source dans notre nature même ! Nos vertus sont des sables mouvants qui se découvrent à marée basse ; mais que les vagues se lèvent et que les vents les fouettent, alors le pauvre diable qui se croyait sur un sol ferme sent celui-ci se dérober sous ses pieds. Les modes du monde, ses exigences, ses leçons, ses ambitions sont les vents qui soufflent sur notre volonté et l'entraînent comme les nuages dans une même direction. Mais que se lève un orage qui prenne la forme de l'amour, de la haine ou de l'ambition, et les nuages inversent leur course en faisant barrage aux vents contraires.

Le dernier homme — Mary Shelley — Gallimard

Marie laisse les phrases écrites par Mary Shelley agir en elle — profondément. 

Voir les commentaires

Mise en garde

12 Mars 2018 , Rédigé par Estelle Ogier

Les philosophes les plus sages nous mettent en garde contre les dangers du monde, contre les fourberies de l'homme, et contre la trahison de notre propre cœur. Pourtant c'est avec la même audace que chacun met sa frêle embarcation à l'eau, lève la voile et force sur les rames dans l'espoir d'atteindre les bras multiples qui se jettent dans l'océan de la vie. Qu'ils sont rares ceux qui, à la fleur de la jeunesse, amarrent leurs navires sur les "sables dorés" et rassemblent les coquillages colorés qui les jonchent. Mais tous, à la tombée du jour, mettent le cap sur le rivage. leurs radeaux sont fatigués, leurs voiles déchirées, et ils font naufrage ou arrivent à quelque port battu par les flots, à quelque plage déserte sur laquelle ils s'échouent et meurent sans que nul les pleure.

Mary Shelley — Le dernier homme — Gallimard

Marie aura-t-elle jamais quitté le rivage ? 

Voir les commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>