Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grand Pardon

11 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Je n'acceptais plus le silence de Dieu.

Elie Wiesel — La Nuit — Les Éditions de Minuit — Collection "double"

Je l'entends continuellement ce silence.

Voir les commentaires

Argile

10 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Tu avances à présent dans le monde hostile avec ta cheville d'argile.

Rien ne pourra plus freiner ta marche fragile.

Tu découvres la lenteur.

Voir les commentaires

Impuissance

9 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Je pense à ma tante, F., qui vit encagée dans son appartement situé au rez-de-chaussée, à cause de quelques marches et d'une légère pente devant chez elle qui l'empêchent de sortir dans la rue avec un déambulateur en toute sécurité.

Ma plainte quant à mon immobilité temporaire due à ma cheville droite blessée reste continuelle.

Immorale.

Voir les commentaires

Après-midi d'été

8 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Je ne sais pas s'il est déjà arrivé, dans la longue histoire du peuple juif, que les hommes récitent la prière des morts sur eux-mêmes.

Elie Wiesel — La Nuit — Les Éditions de Minuit — Collection "double"

Tu passes ta journée de lectrice dans les camps de Birkenau, d'Auschwitz, de Buna.

Dehors, les estivants échouent sur les plages en abandonnant leurs corps à la morsure du soleil.

Tu t'abandonnes à la douleur du souvenir.

Voir les commentaires

Contorsions

7 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Tu te contorsionnes admirablement à la recherche d'une position confortable pour ne pas souffrir. Ta cheville droite ainsi que tout le pied sont violacés et tuméfiés.

Immobilisée, tu débutes la lecture de La Nuit de Elie Wiesel : tu mets immédiatement fin à ta plainte.

Tu écoutes la voix digne de l'adolescent jeté vivant en Enfer.

Voir les commentaires

Accumulateur

6 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

(un visiteur entre dans la galerie bientôt suivi par sa famille)

LE VISITEUR (très sûr de lui). — Je suis un acheteur, j'achète de la peinture sans rien y connaître, juste au cas où les prix montent, pour faire une bonne affaire. C'est pas moche ce qu'il peint cet artiste, est-il coté ? Combien coûte une toile ? Je ne mettrai pas au mur sa toile, je la rangerai avec les autres (me montrant le sol) par terre.

MOI (calmement mais fermement). — Désolée, il s'agit d'un artiste qui ne supporte que l'altitude. Adieu monsieur.

Voir les commentaires

Arrachement osseux

5 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Marie s'interroge : après une urgence ophtalmique causée par l'apparition d'un herpès au niveau de la glande lacrymale gauche, une nouvelle urgence, orthopédique, causée par un arrachement osseux au niveau de la cheville droite.

Que faut-il qu'elle comprenne Marie ?

Voudrait-on l'empêcher d'avancer ?

Voir les commentaires

Vitrines

4 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

(une gentille petite famille stoppe sa marche effrénée devant les vitrines de la galerie de peinture)

LA FILLETTE (observant une toile exposée). — Mais Papa pourquoi on voit ses seins à la dame ?

LE PÈRE (ayant un geste protecteur pour sa fille en caressant ses cheveux). — Ah ça les artistes, c’est comme ça ma chérie !

Voir les commentaires

Refus

3 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Et donc, aurais-je dû livrer mon enfant aux créateurs de jeux basés sur la réalité augmentée pour qu'il échappe à la réalité qu'on voudrait lui cacher, vous les adultes ?

Comptiez-vous sur mon silence pour qu'il gobe votre réalité transformée ?

Quelle chance lui auriez-vous laissée, à mon enfant, pour qu'il sublime la réalité de la condition humaine ?

Voir les commentaires

Agilité

2 Août 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Elle a quatre ans semble-t-il. Elle est assise le dos bien droit sur une chaise à la table familiale au restaurant. Elle est étrangement calme et concentrée : elle joue avec une application sur le téléphone portable de sa mère.

Elle interagit indifféremment avec les personnages virtuels du jeu, ses propres parents et son propre frère assis en face d'elle, une tablette tactile dans les mains.

Et soudain, tout s'arrête, elle retire ses doigts agiles qu'elle laissait glisser sur la vitre du téléphone portable : elle regarde la mer.

Voir les commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>