Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Solution

7 Novembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

« La solution du problème de la vie, on la perçoit à la disparition de ce problème.
(N'est-ce pas la raison pour laquelle les hommes qui, après avoir longuement douté, ont trouvé la claire vision du sens de la vie, ceux-là n'ont pu dire alors en quoi ce sens consistait ?)

Ludwig Wittgenstein — Tractatus logico-philosophicus

D'où mes longues promenades au sein des cimetières où nulle dépouille ne m'apportera jamais aucune réponse quant au problème de la vie.

Enfance en prière

Enfance en prière

Voir les commentaires

Bibliothèques muettes

6 Novembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

Toutes ces voix qui se taisent, piégées dans les pages des livres imprimés qui décorent tes murs qui ne sont jamais vides. Partout où l'œil se pose, un livre que tu n'as probablement pas encore lu ou que tu as oublié ou que tu connais par cœur. Chaque jour tu fais une nouvelle découverte quant au trésor que tu gardes chez toi. Toutes ces phrases que tu ignores encore et qui n'attendent que ton attention pour surgir sous tes yeux. Déranger tes certitudes. T'empêcher de dormir. Agir à la manière d'une obsession. Tu sais que les esprits qui hantent tes bibliothèques ricanent parfois en dénonçant ton incapacité à les connaître tous.

Voir les commentaires

La face d'un autre

5 Novembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

Je regarde Le visage d'un autre d'Hiroshi Teshigahara et je repense à ce que fut ma propre « agonie de l'absence » quand mes grattages dus à d'intolérables démangeaisons défiguraient mon visage lorsque j'étais enfant puis adolescente puis jeune adulte. Comme je l'ai envié ce masque, cette « prothèse faciale » au plus fort des crises.

« La face d'un autre » Abé Kôbô Bibliothèque Cosmopolite Stock

« La face d'un autre » Abé Kôbô Bibliothèque Cosmopolite Stock

« Mon masque, que je croyais aussi solide qu'un bouclier d'acier, a été brisé aussi facilement que s'il avait été de verre. Je n'ai plus rien à répondre. Je me rends compte en effet que ce masque était bien plutôt un nouveau visage nu. Si je tenais toujours au point de vue selon lequel le visage nu n'est qu'une imitation imparfaite d'un masque, alors je dois avouer que je n'ai fait que fabriquer, après tant d'efforts, un faux masque. »

« La face d'un autre » Abé Kôbô

Voir les commentaires

Version Originale

4 Novembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

Du vin biologique ; un film japonais de 121 minutes, en noir et blanc, en version originale, sous-titré en français, plus conceptuel que le livre qui l'inspira ; l'heure tardive ; la fatigue due au jour qui s'achève ; la tension nerveuse qui dure ; l'ennui dû à une journée vécue comme inachevée et insatisfaisante ; la vague imprévue qui mouilla mes vêtements ; les émotions invaincue ; la paresse... Et je m'endors.

Voir les commentaires

Honte

3 Novembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

J'éprouve un sentiment de honte en assistant à une conférence donnée par un homme passionnant, joyeux, simple, amputé des quatre membres qui ne cesse de proclamer que tout est possible et que rien n'est impossible et que l'amour peut tout sauver et que les enfants sont une bénédiction. Je suis de mauvaise humeur encore aujourd'hui, tout me paraît vain et inutile. Mes contradictions m'étouffent. Je regarde s'agiter ses moignons. Il remue ses bras coupés. Je pense qu'on a brisé les ailes de cet ange venu me prévenir d'un danger imminent : l'aigreur.

Voir les commentaires

Se familiariser

2 Novembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

Constamment, tu dois te familiariser avec de nouvelles barbaries technologiques. Tu te lances à tâtons dans la noirceur des méandres de la pensée logique. Tu t'égares. Tu prends des risques. Tu insistes. Tu persistes. Tu t'entêtes. Tu finiras bien par comprendre avant de te désintégrer sous forme de pixels colorés.

Voir les commentaires

Peau de chagrin

1 Novembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

Tes vêtements rétrécissent au fil des mois parce que tu fais un usage intensif du sèche-linge et que tu appuies sur les boutons un peu au hasard mais ton chagrin lui augmente. Rien ne sèche tes larmes qui grossissent heure par heure. Personne n'empêche leur écoulement. Au contraire.

Voir les commentaires
<< < 1 2 3