Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Satisfaction

11 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

« Je suis de ceux qui espèrent toujours en finir une bonne fois avec les corvées sans cesse revenues (tâches domestiques en particulier), qui les abattent pour dégager la perspective sur l’horizon, avec le voeu secret d’en être quittes un jour définitivement. Ainsi encore de tout ce qui s’annonce, de tout ce qui est prévu, programmé, j’y vais pour que ce soit enfin derrière moi. C’est le Carpe diem considéré comme un désherbage. La mort vue sous cet angle sera la satisfaction suprême. »

Éric Chevillard

Lire cet auteur égaye ma journée en m'obligeant à me rendre à l'évidence : je ne rattraperai jamais le retard que j'ai pris à mal vivre sans écrire... Ses « chevillarderies » (terme inventé par l'écrivain Clément Bénech) comblent la gêne ressentie à ne rien faire d'autre que ce que j'accomplis chaque jour sans conscience.

Voir les commentaires

Table des matières

10 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

Les titres des chapitres du dernier livre de Pierre Drachline Pour en finir avec l'espèce humaine Et les français en particulier laissent rêveur : Juste avant la chute Face à la meute De la servitude De l'indignation De l'humanisme et des bons sentiments De l'insoumission à la reptation Des écologistes entre autres nuisances Le carnaval des paupérismes La maladie au service de l'ordre établi Des amours singulières Le chagrin des vaincus Le bonheur de déplaire. Extraordinaire menu pour les Fêtes de fin d'année.

Voir les commentaires

Insoumission

9 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

« Une insoumission qui n'implique pas le rejet de l'espèce humaine est une duperie. Les systèmes oppressifs étant les enfants naturels de l'homme. Nous enfantons les barbaries dont nous nous proclamons les victimes. »

Pierre Drachline

Faut-il être un éminent logicien pour comprendre cela ? Ou bien, faut-il être une autruche légendaire qui se cache la tête dans le sable pour ignorer le péril ?

Voir les commentaires

Cimetières

8 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

Elle aimait les cimetières parce que ce sont des lieux de transformation de la matière. Sous ses pieds qui heurtent les gravillons dans les allées bordées de cyprès sombres et odoriférants : l'alchimie des espoirs décomposés.

Voir les commentaires

Éternels

7 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

Au fronton de sa maison hantée par les mauvais souvenirs, une simple inscription : « Regrets éternels ».

Voir les commentaires

Utopie

6 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

« Il s'agit donc de la métaphore d'une utopie. Bien entendu je ne crois pas que cela soit possible, hormis dans l'espace littéraire qui est pour moi très important. La littérature est le lieu où je vis et où je vivrai jusqu'à la fin de mon existence. C'est par elle et en elle que j'aurai traversé ma vie tout entière. Elle n'est donc pas une chimère totale. »

Éric Chevillard

Ainsi parlait Éric Chevillard pour Le Matricule des Anges à propos de son livre le plus métaphorique Au plafond ; pour ma part, la littérature est l'unique réalité que je reconnaisse.

Voir les commentaires

Cons

5 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

« Nous ne voyageons pas pour le plaisir de voyager, que je sache ; nous sommes cons, mais pas à ce point. »

Samuel Beckett

« Calcul en cours... » commenta le GPS.

Voir les commentaires

Que ma joie chevillardienne demeure : trop de bonheur...

4 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

Que d'annonces prometteuses qui me précipitent dans la rage de lire quand je sais qu'après que les éditions Fata Morgana aient fait paraître un recueil de textes intitulé Péloponnèse dont la majorité d'entre eux fut d'abord publiée en ligne, dans la revue collaborative du Théâtre du Rond-Point ventscontraires.net, comme l'annonçait Jean-Daniel Magnin fin octobre ; aussi quand j'attends la sortie de L'Autofictif en vie sous les décombres prévue pour janvier 2014, le sixième opus du diariste-blogueur, aux éditions de l'Arbre Vengeur ; aussi quand je lis les premières pages de l'abécédaire Le désordre Azerty, nouvelle œuvre du maître à découvrir aux éditions de Minuit au mois de janvier encore ; et enfin quand j'apprends la parution programmée également dans la même maison, toujours ce fameux mois de janvier prochain, d'un ouvrage critique collectif intitulé (je n'en ai pas cru mes yeux !) : Pour Éric Chevillard. Rage de lire disais-je ! Il va nous en falloir à nous ses lecteurs ! Je me demande s'il est bien raisonnable de la part d'Éric Chevillard, ce « fou littéraire ? », de monopoliser ainsi l'attention de ses lecteurs. Cherche-t-il à les hypnotiser ? Dans quel but ? Qu'espère-t-il obtenir d'eux ? Attend-t-il une soumission complète ? Imagine-t-il les posséder totalement avec sa prose enchanteresse ? Quoi qu'il en soit, nous sommes déjà prêts à vivre en territoire chevillardien en ce début d'année prochaine. Pour dire vrai, nous attendons chaque année de connaître ce bonheur (obligatoire ?) pour expérimenter sereinement « la douceur nouvelle des choses », pour s'échapper d'un monde où « les barreaux poussent plus dru que le blé sur cette terre ».

Voir les commentaires

Crucifixion

3 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

Lorsque ma croix est trop lourde à porter, que je ne perçois plus le monde que comme un horrible cri, je sais alors qu'il est temps pour moi de me replonger dans de saines lectures qui sont ma médecine douce. J'ouvre simultanément les Cahiers de Cioran, les recueils d'aphorismes Sentences létales ou au choix Le crachoir du solitaire de Nihil Messtavic, le Bréviaire du chaos d'Albert Caraco. Au hasard :

« Que ne puis-je éclater en morceaux ! Le jour où le suicide ne sera plus une tentation mais un devoir. »

Emil Cioran

« L'homme est tel un insecte qui tente de sortir d'un bocal suspendu à l'envers : il pourrait s'échapper — par là où il est entré — mais il s'obstine à monter, à chercher une issue là où il n'y en aura jamais : vers le haut. »

Nihil Messtavic

« En vérité, nous sommes une légion de solitudes et, cependant, nous roulons confondus, en proie à ce qui nous mêlant, n'arrête de nous isoler. »

Albert Caraco

Je ris en prenant conscience que ma peine sera toujours moins profonde que la leur. Cela console. Je sors marcher, le vent marin gifle mes joues. Je souris.

Voir les commentaires

Insatisfaction

2 Décembre 2013 , Rédigé par Estelle Ogier

ELLE. — Que faire pour gérer l'insatisfaction qui me tient compagnie ?

MOI. — Lire des auteurs encore plus insatisfaits que toi.

Voir les commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>