Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

636

8 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Le grand célibataire exagère : il ne se souvient pas de sa date d'anniversaire que plus personne ne lui souhaite. 

 

Le grand célibataire vitupère : la vie lui devient étrangère. 

 

Le grand célibataire cherche un bouc-émissaire : sa solitude est patibulaire. 

Voir les commentaires

635

7 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Icare, le grisard repu contemple le lever du soleil depuis son perchoir, un mur de lave au bord du chemin qui va à la mer qu'il semble ne pas vouloir atteindre, pour l'instant, alors que ses congénères l'utilise déjà comme piste d'amerrissage quand je vais me baigner au matin. La vastitude n'éveille pas encore la curiosité du grisard. 

 

À l'ombre de moi-même, je me recroqueville en guettant la nouveauté. 

 

Un miroir qui grossit six fois ses imperfections acheté pour se croire vivante. 

Voir les commentaires

634

6 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Plus rien ne semble fonctionner mais ils fabriquent des bébés comme si de rien n'était, comme pour passer le temps qu'ils n'auront bientôt plus, qui se dégrade sous leurs yeux aveugles. 

 

À quoi bon leur signifier qu'ils pourraient décroître et ne plus se multiplier ? À quoi bon expliquer aux femmes qu'elles sont autre chose que des moules à bébés ? À quoi bon ralentir quand tout les prend de vitesse ?

 

Je ne me lasse pas d'aller photographier leurs tombeaux. 

Voir les commentaires

633

5 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Tous ces instants que me vole l'apprentissage des réglages de mon appareil photographique numérique. 

 

Toute cette énergie consacrée au génie électronique. 

 

Tous ces instants vécus qui sont incapturables. 

Voir les commentaires

632

4 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Au soir, Icare, le grisard avaleur de sardines, exerce ses ailes dans le vent frais derrière la porte vitrée de mon entrée. Le spectacle de ses tentatives de vol m'amuse. Tout va bien. Deux passants adolescents s'arrêtent pour l'observer : ils lui jettent des pierres. Bienvenue sous le règne des prédateurs de goélands, mes congénères. 

 

Le ciel qui bientôt lui appartiendra, deviendra mon domaine à travers ses yeux devenus jaune pâle entourés d'un anneau de peau orangé. Icare sera un goéland argenté. 

 

Cet envol qu'il prendra, cet oiseau, le prendrai-je un jour aussi, réellement ? 

Voir les commentaires

631

3 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Tous ceux qui visitent l'exposition des œuvres picturales que j'expose dans la galerie que j'ouvre à tout public, tous ceux qui piétinent d'admiration devant les images qui ont survécu à l'inconscient du peintre pour surgir à la lumière de la conscience en colorant leurs doutes, tous ceux qui découvrent que l'imaginaire peut les questionner. 

 

Ceux-là se sauvent eux-mêmes grâce à l'œuvre d'art. 

 

Ceux-là portent un regard neuf sur eux-mêmes, amateurs d'art, découvreurs d'émotions artistiques, explorateurs de territoires picturaux, contemplateurs du mystère de la création. 

Voir les commentaires

630

2 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Propagande dénataliste : j'informe ce mignon jeune couple échangiste, qui me rend de nouveau visite à la galerie, à propos des moyens de contraception existants afin qu'il évite tout risque de grossesse. Car, en effet, la grossesse est un risque d'aliénation.

 

Quand on fait de la photographie, on ne sait pas quelle image la mémoire conservera-t-elle, l'image pixelisée du capteur numérique (l'appareil photographique) ou l'image neuronale du capteur optique (le nerf optique) ? Se souviendra-t-on du sujet à photographier ou du sujet photographié ? 

 

Photographie-t-on pour s'assurer que le monde n'est pas une illusion d'optique ? 

Voir les commentaires

629

1 Juillet 2012 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Le grisard agit comme tous les jeunes enfants avec leur parent nourricier : il me tyrannise !

 

Dès potron-minet, le grisard affamé attend sous mes fenêtres sa ration du jour : pomme de terre, pâtes, riz aux algues. Il grandit et devient agressif, pour chaque bouchée que je lui lance, il bondit dessus, avec ses ailes déployées, pour l'ingurgiter. Il devient un chasseur de nourriture domestique. 

 

Enfin presque repu, il se laisse photographier et filmer devant les vitrines de la galerie de peinture qui n'est pas encore ouverte au public. Le grisard trouve un bâton et joue avec son bec à le laisser tomber au sol et à le reprendre. Une feuille sèche aussi. Ce peu de chose qui l'amuse. Et moi de le laisser envahir mon esprit protecteur. 

Voir les commentaires
<< < 1 2 3