Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

182

18 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

« Fumer peut nuire aux spermatozoïdes et réduit la fertilité » : il s'agit d'un message qui légende un cliché choc - montrant une jeune femme derrière une poussette vide - apposé sur un paquet de cigarette. Dois-je en déduire que les fabricants de tabac oeuvrent pour le contrôle démographique ?

 

L'enfant est un archéologue qui donne des coups de pioches sur le terrain de nos émotions pour découvrir la strate de notre culpabilité. 

 

À Cordicopolis (*), il y a des vaches mauves qui osent la tendresse et Big Brother a une barbe fleurie. 

 

(*) pays occidentaux où se pratique le culte du Coeur-roi. Hommage à Philippe Muray, L'Empire du Bien, Les Belles Lettres. 

Voir les commentaires

181

17 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Hélas, je ne me promènerai jamais au bord de la mer en tenant la main chaude de ma petite fille - au chapeau rose - dans la mienne. Ma fillette aux yeux noirs ne me montrera jamais l'horizon infini qu'elle percevrait mieux que moi. Elle ne m'interrogera jamais à propos des choses élémentaires qui envahissent notre quotidien. Elle ne commentera jamais notre marche sur le sable qui entrerait inévitablement dans ses souliers roses. Elle ne me récitera jamais la poésie qu'elle saurait par coeur. Elle ne rompra jamais le silence qui la terrifierait. Heureusement, elle ne me gâchera jamais ma promenade car je n'ai pas fabriqué un enfant de compagnie. 

 

À l'intérieur de la maison childfree, un couple qui s'entend penser.

 

Il a renoncé à son côté obscur, il a ôté son masque effrayant : les gens qui le croisent à présent détournent leurs regards - indifférents.

Voir les commentaires

180

16 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Evidemment, nos charognes engraisseront le sol fumant et serviront de nutriments. Par contre, nos objets en plastique asphyxient les terres, les mers, les océans et les animaux : nos déchets ne nourriront que notre culpabilité quant à nos ravages. 

 

Après avoir progressé durant des siècles, d'observations en découvertes, de découvertes en inventions, d'inventions en manipulations, de manipulations en maîtrise : l'homme moderne programme son malheur en concevant des produits en y incluant une défaillance pour encourager la consommation. On ne répare plus, on remplace, on rachète : on vit dans l'opulence de l'obsolescence programmée.

 

L'idée me crève les yeux : j'éponge le sang sur mon visage.

Voir les commentaires

179

15 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Le pire supplice est ce sentiment de vouloir quitter tôt la fête qui se prolonge, qui célèbre l'avènement de l'homme moderne, qui nous empêche par tous les moyens d'aller nous reposer, qui nous retient contre notre volonté, ici, dans la lumière crue des plaisirs artificiels. La fête perpétuelle qui nous met en musique, qui nous fait faire la chenille, qui nous force à nous remuer interminablement. Cette fièvre festive et obligatoire dont nous crevons.

 

Perdu dans ses pensées numériques, il glissa sur une crotte de chien qu'il n'évita pas car il surfait sur Internet avec son téléphone mobile. 

 

L'homme se noie dans son propre reflet de pixels. 

Voir les commentaires

178

14 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

(Albert Moindre inscrit les prouesses dont Dino Egger aurait pu se vanter s'il avait existé.)

 

131) La découverte du manuscrit authentique intitulé : « Etre humain, mode d'emploi. »

 

132) Synthétiser la molécule de l'oubli. 

 

133) La pommade intelligente. 

 

Suite des billets 164 et 169. Pour amateurs éclairés de la prose d'Eric Chevillard, auteur de Dino Egger aux éditions de Minuit. 

Voir les commentaires

177

13 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

À l'entrée du village global, festif que devient le monde démocratique, une pancarte : « Ayez soif de modération ! »

 

Ce matin, une brume épaisse couvre la mer, opacifiant la vision et forçant l'imaginaire à percer le mystère en inventant l'agitation d'un monstre aquatique qui surgirait des profondeurs, derrière le brouillard de mer. 

 

Je me demande encore parfois si j'aurais ressenti le besoin de mettre en marche le robot culinaire électrique en verre transparent - dans lequel « l'artiste » avait mis des poissons rouges et de l'eau, improvisant un aquarium - avec la certitude de hacher vivants les animaux. 

Voir les commentaires

176

12 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

En écrivant au quotidien, j'accumule les preuves de la permanence de mon être. Je me prouve à moi-même que j'existe. Je m'agrafe à la réalité avec les mots qui fixent mes instants. 

 

Le noble profil de l'Egypte se détache sur l'horizon infini de l'histoire. Nous assistons à l'enfance d'une démocratie - peut-être. 

 

Mon écriture manuscrite m'avertit de mon humeur, le tracé des lettres retraçant mon état d'esprit. Au clavier, j'ignore ce que je suis en tapant des caractères réguliers dans la tension particulière de chaque jour. 

Voir les commentaires

175

11 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Envahie de la désolation du soir, elle pense à l'émotion du jour naissant qui sera un soulagement pour un instant seulement car la lumière éclatante du jour durant l'éblouira jusqu'à l'aveuglement. 

 

Imperceptiblement, j'observe l'ironie se rapetisser et le cynisme triompher en ce monde : la moquerie amusée laisse place au mépris désabusé, il me semble. 

 

Vivre dans l'attente désopilante d'un événement qui ne se produira jamais. 

Voir les commentaires

174

10 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

Une parente âgée - invisible sur son île lointaine - avec laquelle je corresponds parfois me pose une question dans sa dernière lettre : « Et toi que fais-tu ? » Question piège. Son esprit de mère divorcée avec trois enfants - qui furent à sa charge - et d'ancienne directrice d'école élémentaire ne peut pas concevoir une existence stérile comme la mienne : quarante ans, mariée, sans enfant, inopérante socialement. 

 

Quand le désir s'efface, tout lasse !

 

Tu es l'ornière dans laquelle je glisse - immanquablement. 

Voir les commentaires

173

9 Février 2011 , Rédigé par Estelle Ogier Publié dans #childfree

« L'un des deux embryons transférés, exempt de la maladie et d'un groupe HLA compatible avec un des aînés, s'est développé jusqu'à terme. » Il a un prénom : Umut-Talha (en turc notre espoir). Il a une fonction : bébé-médicament. Il a un poids : 3,650 kg à sa naissance. Il était scientifiquement possible dans l'imaginaire romanesque. Il  devient une réalité banale : un enfant. 

 

L'homme : un miracle accessible - finalement. 

 

Dans la maison childfree silencieuse, on entend les battements de son propre coeur, le souffle de sa propre respiration, les borborygmes de ses propres boyaux : un joyeux concert de soi. 

Voir les commentaires
<< < 1 2 3 > >>