Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rêves de Sirènes

7 Mai 2016 , Rédigé par Estelle Ogier

Alors, de mon poignard en bronze, je divise un grand gâteau de cire ; à pleines mains, j'écrase et pétris les morceaux. La cire est bientôt molle entre mes doigts puissants. De banc en banc, je vais leur boucher les oreilles ; dans le navire alors, ils me lient bras et jambes et me fixent au mât, debout sur l'emplanture, puis chacun en sa place, la rame bat le flot qui blanchit sous les coups.

Homère — Odyssée — Chant XII — Bibliothèque de la Pléiade

Marie dort désormais avec des bouchons d'oreille afin de ne plus succomber aux chants puissants du ronfleur qui l'entraînent hors du sommeil.

Ainsi, chaque nuit, Marie quitte vraiment le monde.

La nuit : cette course en solitaire.

Partager cet article