Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Orgueil

12 Décembre 2014 , Rédigé par Estelle Ogier

Tu débarrasses aujourd'hui les étagères du garage sur lesquelles tu empilais des dossiers compromettants pour ton avenir... de vieux échecs ternes et poussiéreux. Ainsi fais-tu de la place pour les nouveaux échecs plus rutilants et cruels.

"On m'a prêté quatre vieux murs
Pour y loger mes quatre membres
Et dans ce réduit très obscur
Je voulus installer ma chambre
Pour lui donner un air coquet
Je suspendis aux murs en pente
Les diplômes que j'ai manqués
Et mes décorations absentes
Sur une table les photos
De celles que se refusèrent
Sur des rayons les in-quarto
Des livres que je n'ai su faire

J'ai mis derrière les fagots
Les grands crus de notre royaume
Les Chambertin et les Margaux
Dont j'ignore jusqu'à l'arôme
Et dans un vaste coffre-fort
Rangés en piles régulières
Toutes les valeurs et tout l'or
Que j'aurais pu gagner naguère.
Par la fenêtre se glissant
Voici qu'un doux rayon bleuâtre
Est venu remplir mon théâtre
D'un mobilier étourdissant

Voici des tapis d'ambition
Voici des tentures de rêve
Voici qu'un rideau se soulève
Sur un chevalet d'illusions
Voici des coussins de serments
Couvrant des fauteuils de promesses
Et puis des colliers de tendresse
Et des bouquets de sentiments
Voici le mirage de l'Art
Voici des songes en rasades
Le divan de Schéhérazade
Et le clavecin de Mozart

La chimère en quatre secondes
Décorateur sur champ d'azur
A fait de mes quatre vieux murs
La plus belle chambre du monde.
La, la, la, la, la, la, la..."

La Chambre — Paroles : René Baer. Musique : Léo Ferré — 1953 "Paris Canaille"

Partager cet article